Jeudi 24 mars 2016

 

Une énorme pensée pour la Belgique bien sûr, plongée elle-aussi dans l'horreur mardi

Résultat de recherche d'images pour       Résultat de recherche d'images pour

 

 

Pour poursuivre dans le fil rouge GPA-Adoption :

Lise 44 ans

On m'a enlevé les 2 ovaire à l'âge de 15 ans. Aussi, mon mari et moi-même avons toujours su qu'il nous faudrait recourir à un don d'ovocytes pour avoir un bébé. En France, le don d'ovocytes est anonyme. Il est donc conseillé de trouver soi-même une donneuse en échange de celle qu'on vous propose ! Les listes d'attente étant TRES longues, le faitt d'amener une donneuse permet de gagner quelqyes places. Le jour du rendez-vous mon amie d'enfance s'est désistée ! Le choc a été rude.

En discutant avec d'autres femmes de l'association "Pauline et Adrien" j'ai réalisé que le  don d'ovocytes fonctionnait. Ensuite, les années passant, ma gynécologue m'a conseillé d'aller à l'étranger. Nous avons déboursé près de 1800€ pour chaque tentative.

La première fois, nous sommes partis chercher une donneuse en Grèce. A la deuxième tentative on a pu implanter 4 embryons et je me suis retrouvée enceinte. Mais déception à la première échographie, j'avais fait une FC. Nouvelle tentative en Grèce puis en Belgique. Ensuite, en France, auprès d'un autre centre, nous avons pu bénéficier relativement vite d'un don d'ovocytes. Et, notre fille est née le jour du printemps.

Son conseil : J'ignorais qu'on pouvait s'inscrire parallèlement dans 2 centres d'AMP; si je l'avais su avant, j'aurais perdu moins de temps et je ne serais peut-être pas allée à l'étranger. Tout comme il est bon d'avoir un vrai suivi avec un psychologue. C'est un vrai plus.

Résultat de recherche d'images pour