Samedi 20 février 2016

 

 

Isabelle Nanty est omniprésente, notamment au cinéma avec la sortie du film Les Tuche 2, dont elle partage l'affiche avec Jean-Paul Rouve. A cette occasion, la comédienne s'est longuement confiée dans les pages du magazine Paris Match. Elle y dresse un bilan de sa vie, revenant à la fois sur sa jeunesse, ses maux, mais aussi sur l'importance de ses liens avec sa fille.

 

Si Isabelle Nanty est l'actrice et la femme qu'elle est aujourd'hui, c'est grâce à une éducation basée "sur l'authenticité, la rigueur et le respect". "Je faisais rire. J'étais pleine de fantaisie, je ne m'ennuyais jamais", explique-t-elle. Mais l'adolescence lui a joué des tours : "Depuis, j'habite un corps qui n'est pas celui de mon esprit. Je vis avec des envies, des rêves, un dynamisme qu'il ne suit pas. Le corps, c'est lui qui nous entraîne, nous fige ou nous plante", estime-t-elle avec quelques regrets. "Il y avait en moi des audaces et de la sauvagerie, qui ont été plombées. J'ai mis trop longtemps à comprendre, j'ai travaillé dessus trop tard", ajoute l'actrice avant de poursuivre : "Le constat que je fais aujourd'hui n'est pas sombre : j'ai raté ma vie mais je l'ai plutôt bien ratée."

A 54 ans, Isabelle Nanty avoue également avoir quelques difficultés à s'ouvrir au monde. "Dans mes relations avec les autres, je suis paralysée (...) Pendant longtemps, je n'ai pas pu regarder les autres dans les yeux, j'étais en fuite. Je me focalisais sur leur bouche, parce que la bouche ne ment pas", raconte-t-elle. C'est ainsi qu'elle a vu dans le métier d'actrice un moyen de s'affranchir de ses limites : "A 16 ans, je faisais partie d'une petite troupe de théâtre (...). Je me suis sentie vivante des pieds à la tête. Cette sensation unique et extrêmement forte de jouer de soi, avec son corps, en communion avec des partenaires et un public, je la recherche encore."

Mais c'est probablement la maternité qui a profondément aidé la comédienne. Si elle n'a pas eu la chance de donner la vie biologiquement, Isabelle Nanty a adopté. "J'ai une fille", précise-t-elle avant d'expliquer son choix de se porter sur l'adoption. "L'inconscience, une forme d'égoïsme. Mais, surtout, un désir très fort de partage. De l'amour à donner. Ce que je peux dire, treize ans après, c'est que j'ai la chance inouïe d'avoir une fille géniale, admet-elle. Tallulah est l'une des personnes les plus charismatiques que j'aie rencontrées. Elle possède une intelligence phénoménale et ne fait rien comme les autres (...). Accompagner une telle exception, pour moi qui ne suis qu'instinctive, n'est pas toujours facile. Je sais qu'elle fera des choses extraordinaires", conclut-elle.

 Isabelle Nanty parle de sa fille, qu'elle a adoptée au début des années 2000 : "Je savais que je ne pouvais pas avoir d'enfant, mais je n'avais pas renoncé à la maternité, à transmettre mon amour de la vie.

                       

 

[...] Quand j'ai commencé le tournage du Bison, dans lequel je joue une mère de famille enceinte, mon dossier d'adoption venait d'être accepté et ma fille naissait. Et le jour où j'ai accouché dans le film, c'est celui où elle a été trouvée. Je ne l'ai su qu'un an et demi plus tard. Ma fille et moi, on s'est adoptées." L'actrice, qui n'a jamais été mariée, s'est très vite sentie maman, "c'est-à-dire responsable d'accompagner cette réparation" : "Tout sa vie, ma fille va devoir se réparer." Mais Isabelle sera toujours là pour elle.

 Résultat de recherche d'images pour